Actualités
 
 
 
 
 

Actualités

La Fraternité Sacerdotale du Burkina Faso et du Niger à Koupéla

Du 11 au 14 avril 2016, s’est tenue au Centre Zacharie NIKIEMA de Koupéla, la 29ème Assemblée Générale de la Fraternité Sacerdotale du Burkina Faso et du Niger. Ils étaient plus de 300 prêtres à avoir effectué le déplacement pour s’initier à l’accompagnement des fidèles aux prises avec les sectes et les groupes ésotériques. D’où le thème ainsi libellé : « Le ministère d’écoute, de délivrance, de guérison et d’exorcisme au service de l’exorcisme ». Ils avaient à leurs côtés leurs pères évêques et archevêques.
Les formateurs ont été les abbés Bernard Désiré YANOGO de l’archidiocèse de Koupéla et Baudouin PODA du diocèse de Diébougou. L’un à la suite de l’autre, ils ont su amener leurs confrères prêtres à prendre conscience du danger que représentent les sectes pour les fidèles d’une part, et de l’autre, de la nécessité de combattre celles-ci par l’exercice du ministère d’écoute, de délivrance, de guérison et d’exorcisme.
Ainsi, L’abbé Bernard Désiré YANOGO s’est appuyé sur les conclusions des assemblées provinciales sur les sectes ésotériques de l’année dernière, pour donner aux participants une large vision panoramique des sectes et groupes ésotériques. Son travail a consisté concrètement à enrichir ces conclusions par l’analyse de nouvelles sectes et une lecture théologique qui ont débouché sur de nouvelles suggestions. Pour lui, il est temps que les pasteurs prennent conscience de la dangerosité de ces groupes ésotériques et autres sectes qui essaiment nos villes et villages, faisant des ravages parmi nos fidèles qu’ils détournent de la foi. Pour lui, « l’une des principales causes de la situation est la non satisfaction des attentes des fidèles qui s’en vont dans les sectes, notamment la soif de la parole de Dieu et le besoin d’écoute ».

L’assemblée durant les travaux

Quant au deuxième conférencier, à savoir l’abbé Baudouin PODA, il s’est basé sur le thème de l’Assemblée en développant d’abord l’évangélisation et en faisant voir avec conviction que le ministère de l’écoute, de la délivrance, de la guérison et de l’exorcisme est inhérent à l’évangélisation. Foi de l’abbé Baudouin, « lorsqu’on enlève les passages des évangiles où Jésus opère des guérisons, libérations et exorcismes, il n’en restera presque plus rien ». Ce qui insinue par-là que les pasteurs doivent savoir que ce ministère fait partie intégrante de leur mission. Il n’est pas marginal, en somme, ni quelque chose qui vient s’y ajouter fortuitement comme un cheveu dans la soupe.
Comme il fallait s’y attendre, leurs communications ont suscité des questions et des débats fort riches qui ont levé inquiétudes, zones d’ombre et appréhensions. En tout cas, tout porte à croire que la mayonnaise a bien pris et c’est de bonne guerre. Les pasteurs ayant pris conscience des défis auxquels ils sont confrontés, parfois sans le savoir, sont repartis très déterminés dans cette croisade contre l’esprit du mal et ses suppôts déguisés en anges de lumière. Car l’on n’est pas sans savoir que les sectes et les groupes ésotériques, au départ, se montrent bons, mais au finish, conduisent leurs adeptes à l’abattoir pour ne pas dire à la mort.

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
ESPACE MULTIMEDIA
Vie consacrée
 
 CONTACT

Plusieurs familles religieuses féminines participent à l’apostolat dans l’esprit de leurs charismes.