Actualités
 
 
 
 
 

Actualités

Messe de requiem de l’abbé Raphaël OUEDRAOGO

« Tout baptisé doit savoir que la vie ne finit pas sur cette terre et qu’elle n’est qu’ une étape dont le but est le ciel » : c’est le message que Mgr. Thomas Kaboré, évêque de Kaya, a livré à l’assemblée de la messe de requiem de l’abbé Raphaël Ouédraogo. C’était ce samedi 28 janvier 2017, à l’église paroissiale Christ-Roi de l’Univers de Boussouma.
En effet, l’abbé Raphaël Ouédraogo est décédé le 12 avril 2015 en France et a été inhumé le 30 avril 2015 au petit séminaire Saint Cyprien de Kaya. Premier prêtre du diocèse de Kaya et fils du dîma Koutou de Boussouma dont il est natif, l’abbé Raphaël est né le 1er juin 1922 et a été ordonné prêtre en 1951. Il était alors prêtre de l’archidiocèse de Ouagadougou, Kaya n’étant pas encore diocèse, mais paroisse relevant de Ouagadougou. La messe de requiem a été précédée d’une veillée de prière le vendredi, aux intentions du défunt.

« La vie de l’abbé Raphaël Ouédraogo, profondément marquée par la maladie, est faite de silence et de prière. Aussi, devons-nous, comme lui, accepter la croix, être des hommes et des femmes de silence ainsi que de prière », a poursuivi Mgr. Thomas Kaboré, qui a présidé la messe en présence du clergé du diocèse, de nombreuses religieuses et religieux, catéchistes, fidèles dont les membres de la grande famille royale du royaume de Boussouma. Une observation qui a fait l’unanimité de ceux qui l’ont plus connu et qui ont témoigné. Car, l’abbé Raphaël a été rapidement éprouvé par la maladie. Aussi l’archidiocèse de Ouagadougou, qui l’a toujours considéré comme son prêtre, avait demandé aux pères blancs de l’accueillir dans leur communauté de Pau, en France, pour des soins.

Pour Mgr. les prêtres doivent imiter l’abbé Raphaël

Malgré tout, « l’abbé Raphaël écrivait toujours pour s’enquérir des nouvelles du pays et du diocèse, de ses proches, en priant pour eux », a encore ajouté Mgr. Signe que le défunt, même éloigné, était en communion avec les siens restés au pays. Au regard des valeurs qu’il a incarnées tout au long de sa vie entièrement marquée par la croix, il convient de fléchir le genou devant lui et en sa mémoire, comme l’a laissé entendre le porte-parole de la grande famille royale de Boussouma, M. Léopold Ouédraogo. Ce qui a été fait à travers la messe de requiem qui, en plus d’exprimer à Dieu des prières pour le défunt, se veut être également n hommage qui lui est rendu.

L’on a dansé en mémoire de l’abbé Raphaël O.

Dans son message apporté et lu par son Vicaire Général, l’abbé Alfred Ouédraogo, par ailleurs neveux du défunt, le cardinal Philippe Ouédraogo a souhaité que l’on imite en tout sa vie : être des hommes de paix, de prière, de consolation. Car le nom musulman de l’abbé Raphaël, Salam, veut dire la paix ; son nom chrétien Raphaël, signifie consolation. Il faut donc, à sa suite, construire la paix dans tout le Royaume de Boussouma, et consoler les hommes et les femmes.
« Donne-lui Seigneur, le repos éternel. Et que brille sur lui, la lumière de ta face ».

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
ESPACE MULTIMEDIA
Vie consacrée
 
 CONTACT

Plusieurs familles religieuses féminines participent à l’apostolat dans l’esprit de leurs charismes.