Actualités
 
 
 
 
 

Actualités

Bilan des activités de l’année pastorale

L’année pastorale 2016-6017 a refermé ses portes avec la troisième assemblée ordinaire du presbyterium et le conseil pastoral diocésain. La première rencontre, qui s’est tenue comme d’habitude dans la salle des réunions de la Fraternité de Kaya, a rassemblé tous les prêtres du diocèse autour du père évêque, les 30 et 31 mai 2017. Une assemblée qui sonne donc comme un bilan des activités pastorales de l’année, fait dans un tour de table par les équipes sacerdotales. Ce tour de table a principalement consisté à relever les initiatives pastorales réussies, ainsi que les difficultés rencontrées.

Les prêtres autour de Mgr.

Le père évêque, dans son mot introductif ouvrant les travaux, a fait cette déclaration : « Nous sommes dans l’année jubilaire du sacerdoce, un temps de recueillement, d’échanges et de réflexion avec ces panels qui ont repris notre vie de prêtres. Cela nous conduit spontanément au grand événement du Concile Vatican II qui éclaire notre mission et notre être de prêtres ». Il est à noter que ce point a été repris par les pères évêques du Burkina Faso et du Niger, dans leur lettre aux prêtres à l’occasion du jubilé sacerdotal. Pour Mgr., nous sommes envoyés pour la mission ainsi que l’a dit le saint pape Jean-Paul qui a présenté sa mission comme consistant à introduire l’Eglise dans le 3ème millénaire tracé par le Concile et dont le point est la nouvelle évangélisation. A ce propos le grand document auquel nous renvoie le Concile est Lumen Gentium : il constitue la base normative du document sur les prêtres. Et l’Eglise à laquelle Lumen Gentium nous renvoie est l’église comme communion. Voilà pourquoi dans leur lettre, les évêques invitent leurs fils prêtres à construire cette communion par eux-mêmes, et partant l’Église-Famille de Dieu qui est la traduction de l’Eglise communion du Vatican II. L’Eglise tout entière est communion, communion de communautés. Les évêques du Burkina Faso et du Niger ont voulu travailler dans ce sens, pour amener l’Eglise à affronter les défis du 3ème millénaire. Il est donc clair que le rôle des prêtres est l’évangélisation. « À ce propos, il est nécessaire que les prêtres s’investissent surtout dans la formation, c’est-à-dire travailler sur les bases des conclusions et considérations du synode diocésain », a poursuivi le père évêque.
Outre le tour de table ayant porté sur le bilan des activités pastorales de l’année, les prêtres se sont penchés sur la synthèse du synode. Ainsi, les uns après les autres, ils ont passé en revue les points retenus par les pères synodaux à l’issue des enseignements reçus durant les sessions. Ce qui va permettre au père évêque de produire, sur la base des positions, avis et suggestions, un document final qui servira comme feuille de route pour une nouvelle évangélisation en profondeur. Sur ce sujet, il dira : « Le manque de foi pose beaucoup de problèmes à nos fidèles. Il faut donc mener une pastorale d’évangélisation et non une pastorale de sacramentalisation ».
C’est le même exercice auquel les participants du conseil pastoral diocésain se sont livrés, le jeudi 1er juin 2017, dans la salle des réunions de Ocades/Kaya. Ils étaient essentiellement composés des agents pastoraux et des représentants des différentes composantes des communautés chrétiennes.

Les participants du conseil pastoral

Une nouvelle programmation des activités pastorales à la lumière du synode s’impose. C’est en tout cas la remarque commune faite par l’ensemble de la famille diocésaine. De fait, le synode est venu mettre à nu les maux dont souffrent la foi des fidèles chrétiens, ballotés entre pratiques traditionnelles et chrétiennes. Il va falloir donc retrousser les manches, car les défis sont encore nombreux et ce malgré une évangélisation de cinquante ans que le diocèse de Kaya commémorera dans deux ans. Une occasion pour une nouvelle évangélisation en profondeur.

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
ESPACE MULTIMEDIA
Vie consacrée
 
 CONTACT

Plusieurs familles religieuses féminines participent à l’apostolat dans l’esprit de leurs charismes.