Actualités
 
 
 
 
 

Actualités

Jour de fêtes à l’ISTA

Ce samedi 4 novembre 2017 a été un jour de fêtes pour le Collège Privé Sainte Thérèse d’Avila de Kaya, appelé communément ISTA. En effet, c’est ce jour que la communauté de l’établissement a retenu pour célébrer sa messe d’entrée, sa fête patronale différée, les 25 ans de vie religieuse de sa directrice en la personne de la Sœur Nathalie DEMBELE, le départ en retraite de deux de ses employés (gardien et cuisinière) et enfin l’accueil de son aumônier, l’abbé Désiré SAWADOGO.

Mgr. s’est adressé particulièrement aux filles dans son homélie

La messe, présidée par son excellence, Mgr. Thomas KABORE, évêque de Kaya, a connu, outre les formateurs et élèves de l’ISTA, la participation des parents, de quelques prêtres. Dès l’entame de la célébration, Mgr. a planté les décors, en disant que cette journée était célébrée pour « rendre grâce à Dieu pour ses nombreuses merveilles ». Mais dans son homélie, il s’adressera plus aux filles qu’il a invitées à rechercher la perfection, un autre nom de la sainteté, à la suite de leur sainte patronne à savoir, Sainte Thérèse d’Avila. Pour lui, le chemin pour y parvenir, pour les filles, est « celui d’être une bonne épouse et une bonne mère ». Cela signifie, pour l’instant, renoncer aux mauvais fruits comme le mensonge, la calomnie, la médisance, le vol, etc. comme mère et épouse, elles doivent aimer, non seulement leurs maris, mais aussi leurs enfants, sans oublier Dieu. Comment faire ? Voilà tout le problème, répondra Mgr. lui-même.

La sœur DEMBELE a été bien entourée

Il faut prier beaucoup, demander à Dieu la grâce d’être une bonne élève, une bonne collégienne, une bonne lycéenne. En somme, être enseignable : bien écouter, bien comprendre et bien retenir ce qu’on a écouté et compris.
Ce fut à la fin de la célébration que la sœur DEMBELE a pris la parole pour dire merci à Mgr. et à tous les participants, venus l’entourer de leur affection pour ce jour mémorable pour elle. Dans sa vie religieuse, marquée par des hauts et des bas, des chutes et des relèvements, dira-t-elle, elle a toujours expérimenté la bonté de Dieu, l’amour de frères et sœurs de sa famille religieuse et humaine, « pour poursuivre la marché ». Elle a été tour à tour sœur pastorale, élève, étudiante, institutionnelle et maintenant formatrice et enseignante. Elle est tout simplement heureuse pour ce parcours et davantage heureuse pour poursuivre la marche.

Les filles ont bien chanté

Père K. Alexis OUEDRAOGO

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
ESPACE MULTIMEDIA
Vie consacrée
 
 CONTACT

Plusieurs familles religieuses féminines participent à l’apostolat dans l’esprit de leurs charismes.