Actualités
 
 
 
 
 

Actualités

Les évêques et les directeurs diocésains de communication initiés à la communication de crise.

Du 6 au 8 janvier 2016, les évêques de la Conférence épiscopale Burkina/Niger, associés aux directeurs diocésains de communication, ont tenu un atelier de formation en communication de crise. C’est le Centre National Cardinal Paul ZOUNGRANA de Ouagadougou qui a servi de cadre à cette formation qui a consisté en un traitement de modules prenant en compte, outre la problématique de la communication de crise, les réseaux sociaux et la nécessité d’asseoir une stratégie de communication propre à la pastorale d’ensemble de l’Eglise Famille de Dieu au Burkina.
Venus de Rome pour la circonstance, les formateurs ont été le Père Fabrizio Colombo, directeur du bureau de Signis et Janvier Yaméogo du département francophone du conseil pontifical des communications sociales. Durant 72 heures, ils ont su éveiller les attentions des participants à cet atelier, à la manière de communiquer en temps de crise et à la qualité des relations à entretenir avec les media.
Dans son discours d’ouverture aux travaux, Mgr. Lucas K. Sanon, évêque de Banfora et président de la Commission Episcopale des Communications Sociales, en a défini les objectifs en ces termes : « Dans notre pays et dans nos cités, dans nos diocèses comme dans nos paroisses, en tant qu’évêques, nous sommes souvent sollicités pour être médiateurs dans des crises sociales dont la résolution dépend en grande partie de la qualité de la communication que nous tenons, d’où il est essentiel pour nous évêques d’être initiés à la communication en général et à la communication de crise en particulier ». Une idée partagée par Mgr. Paul OUEDROAGO, archevêque de Bobo-Dioulasso et président de la Conférence Episcopale Burkina/Niger, pour qui les moyens de communication sociale sont bien devenus aujourd’hui des canaux capables de véhiculer les messages pastoraux de l’Eglise, des évêques et des prêtres vers des destinataires qu’ils n’atteindront pas forcément dans les murs d’une église. Voilà pourquoi, a-t-il martelé, en tant que premiers pasteurs de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso, ils comptent beaucoup « sur la commission épiscopale des communications sociales pour donner une impulsion forte à leur communication dans ses dimensions heuristique, fondamentale et pastorale » et de ce fait, ils attendent que cette commission « conçoive et propose le plan pastoral de communication qui sied et à même de permettre à l’Eglise Famille de Dieu ici, de tirer un bénéfice concret de l’enseignement de l’Eglise sur les communications sociales ».

Les participants durant l’atelier

C’est un truisme de dire que notre contexte actuel, profondément marqué par la culture des médias dont les ailes sont les réseaux sociaux et le web 2.0, demande la présence des pasteurs, toutes catégories confondues, dans l’espace qu’ils ont créé. C’est pour les munir des outils nécessaires pour une utilisation bénéfique des technologies de l’information et de la communication que la commission Episcopale des Communications Sociales a organisé cet atelier. Il s’est agi donc, durant cet atelier, de tendre vers une approche concrète de ce qui se vit déjà en matière de communication dans les différents diocèses du Burkina. Le travail d’analyse critique qui été appliqué à la stratégie de communication des évêques dans la gestion des crises qui ont secoué le Burkina Faso ces dernières années, a conduit au constat des acquis et des améliorations à opérer. L’option devenue traditionnelle de ne laisser inoccupé par l’Eglise aucun espace où vivent les hommes, doit inspirer à nos pères évêques une occupation progressive et efficace de tant d’aréopages des temps modernes qu’offrent ces réseaux sociaux.
C’est convaincue de cette donne que la conférence épiscopale a voulu, à l’issue de cette formation, lancer le programme national catholique d’éducation aux media dans les maisons de formation religieuse et sacerdotale. Un travail déjà initié par la commission épiscopale et qui a obtenu le feu vert des évêques qui y perçoivent comme un appel à la mobilisation de toutes les énergies pour permettre à l’Eglise-Famille de Dieu de mieux connaitre et de se faire connaitre par une information objective et exhaustive d’elle-même.

Père Alexis OUEDRAOGO

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
ESPACE MULTIMEDIA
Vie consacrée
 
 CONTACT

Plusieurs familles religieuses féminines participent à l’apostolat dans l’esprit de leurs charismes.